Horns, film d’Alexandre Aja

484199.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Horns est un film réalisé par Alexandre Aja, sorti en France en octobre 2014. Le film est l’adaptation du roman du même nom écrit par Joe Hill, le fils de Stephen King. En France, le roman est paru en 2010 sous le titre de  Cornes (traduction française de horns).

Joe Hill s’inscrit, à l’instar de son illustre père, dans l’écriture fantastique et horrifique. Un genre dont Cornes fait évidemment partie. Joe Hill écrit des romans mais il est également scénariste dans la bande-dessinée comme avec l’excellent Locke and Key et bien d’autres.

Alexandre Aja, quant à lui, est un réalisateur français qui s’est notamment fait connaître avec le film d’horreur Haute Tension en 2003 qui a remporté le Grand Prix du film fantastique Européen.

Alors, Horns de quoi ça parle ?

Ignatius Perrish, dit Ig, filait le parfait amour depuis l’enfance avec sa petite amie Merrin. Malheureusement, un drame survient : Merrin est retrouvée morte et toute la ville est persuadée de la culpabilité de Ig. Au fond du gouffre, croulant sous les regards haineux et méfiants de tous, il touche le fond lors d’une veillée en l’honneur de Merrin. Le lendemain matin, il se retrouve affublé de cornes et découvre qu’à leur vue, les gens se mettent à révéler la part la plus sombre d’eux-mêmes sans fards ni mensonges.  Armé de son nouveau pouvoir, Ig tente de trouver le véritable meurtrier de Merrin.

Voilà ce que dit Alexandre Aja sur l’histoire de Horns :

« Le mélange de ton de cette allégorie de l’Amérique moderne m’a frappé par sa nouveauté. J’ai été ému par l’histoire d’amour, séduit par la satire et amusé par ce portrait absurde et un brin morbide de la nature humaine. (…) Mais ce qui m’a attiré le plus dans le roman, c’est sa manière de puiser dans une mythologie universelle sous un angle très rock’n roll et totalement dans l’esprit de la culture populaire. Il ne s’agit pas d’une parabole sur la lutte entre le Bien et le Mal, mais d’un thriller surnaturel doublé d’une quête romantique » Alexandre Aja

_DSC9895.NEF

Daniel Radcliffe et Alexandre Aja

Le héros de Horns, Ignatius Perrish, est incarné par Daniel Radcliffe. Le rôle de Ig est d’ailleurs le premier rôle au cinéma joué par Daniel Radcliffe après Harry Potter du fait des dates de tournage (le tournage de Horns a eu lieu en 2012 mais il est sorti en 2014).On ne peut pas alors s’empêcher de comparer les deux rôles et dans mon cas, je dirai qu’avec Horns, Daniel Radcliffe montre une palette plus étendue de ses talents avec un rôle plus sombre et plus adulte. En effet, Ig est en permanence sur le fil avec un personnage qui oscille entre un amoureux désespéré et un être plus ténébreux et inquiétant. Cet acteur est vraiment très talentueux et j’ai beaucoup apprécié sa prestation dans Horns.

285888.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Juno Temple dans le rôle de Merrin

 

De même pour  l’actrice Juno Temple qui est absolument géniale dans le rôle de Merrin et que j’aime vraiment suivre dans chacun de ses films notamment ses rôles dans Kaboom de Gregg  Araki en 2010 (un de mes films préférés) ou dans Cracks de Jordan Scott (2009).

Pourquoi j’ai aimé Horns ?

Plusieurs facteurs m’ont fait adorer Horns. Tout d’abord, l’intrigue autour du meurtre de Merrin est très bien ficelée, et on vogue de fausse piste en rebondissement inattendus tout le long du film. Toutefois, au-delà de l’intrigue réussie, le film est riche sur de nombreux autres aspects.

La symbolique des cornes

Le démoniaque

Cette enquête n’aurait pas la même saveur sans les fameuses cornes d’Ignatius. Grâce à elles, on bascule dans le fantastique et l’horrifique. En effet, le symbole lui-même des cornes évoquent tout ce qui a trait au démoniaque : le diable est souvent représenté avec des cornes par exemple ou on a aussi la célèbre créature de comics Hellboy (= fils de l’enfer)  qui a été représenté au cinéma sous la direction de Guillermo del toro. Hellboy a normalement des cornes mais il les lime au quotidien, ses cornes dans leur entièreté apparaissent uniquement quand il s’éloigne du bien.

La nature

artfichier_776322_3870651_20140625571977Nous pouvons également citer les faunes et les satyres.  Le satyre est souvent le pendant romain du faune. Ce sont deux créatures qui mêlent l’humain et l’animal et dont la tête est toujours cornue. Les satyres font parti du cortège entourant le Dieu de la fête, du vin  et des plaisirs : Dionysos.

Les satyres et les faunes ont un lien très fort avec la nature et cette relation se retrouve dans le film. Avec ses cornes et leur pouvoir, Ig va se servir de la nature et de ses habitants comme des alliés au cours de sa quête.

 

En bref, Horns fait appel a de nombreux symboles présents dans notre inconscient collectif pour construire son univers et ça marche !

_DSC7980.NEF

Le serpent : animal symbolisant le mal dans la Bible

Les décors

058372.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La nature dans le film est très bien exploitée à travers des décors en forêt magnifique, très « brocéliande ». La forêt c’est le symbole de l’amour de Ig et Merrin. Elle représente leur intimité notamment à travers la cabane dans les arbres de Ig. En opposition, la ville dans sa majorité représente une morne réalité.

_DSC6467.NEF

Horns

 

Pour les décors et l’atmosphère, Alexandre Aja dit s’être inspiré du Twin Peaks de David Lynch mais aussi des photographies de l’artiste Gregory Crewdson dont le style est très cinématographique.

→ http://www.galerie-photo.com/gregory-crewdson.html

Exemple de l’univers de Gregory Crewdson :

La dimension psychologique

Le pouvoir des cornes donne beaucoup de relief à l’histoire en permettant de sonder l’âme humaine et ses pires défauts. Luxure, avidité, mensonge, violence, désirs et colères enfouis : tout y passe et c’est cela donne lieu à des scènes hilarantes d’absurdité ou à des scènes, au contraire, profondément dérangeantes et sombres. Nous possédons tous une part de mauvais en nous. La dualité de l’être humain est un fait indéniable dont Alexandre Aja joue avec brio pour notre plus grand plaisir. Ignatius Perrish est en effet confronté à des personnes qui n’ont plus aucun filtre : ils sont eux dans leur entièreté la plus terrible et c’est assez jouissif.

Cependant, outre les situations douteuses dans lesquelles se mettent les personnages, le fait de mettre ainsi à nue la psyché humaine permet aux acteurs d’explorer toute une palette d’émotions et de sentiments. Le tout est très intéressant à regarder et produit  une expérience cathartique pour le spectateur. La personne dans son siège de cinéma ou son canapé est tout aussi complexe que celle à l’écran et ce film lui montre à quel point chaque être humain a plusieurs facettes, ce qui est assez fascinant. Néanmoins, le propos du film insiste sur le fait que certes, les pensées et émotions refoulées font parties de nous mais que ce qui nous définit vraiment ce sont nos actes, comme va le découvrir le personnage d’Ignatius.

En bref

Horns ravira tous les amateurs de fantastique mais aussi de thriller. L’intrigue est prenante et se déroule au sein d’un décor soigné et attractif. J’ai découvert Horns, il y a tout juste quelque mois grâce à mon chéri et j’en suis ravie. Ce film s’est placé directement dans mes films favoris et je vous encourage à y jeter un coup d’œil si ce n’est pas déjà fait !

Pour aller plus loin :

→ http://www.allocine.fr/film/fichefilm-173989/secrets-tournage/

Une réflexion sur “Horns, film d’Alexandre Aja

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s