Photo réalisée par Laureline Site : La Cabane aux Post-It

Le tatouage : Pourquoi se faire tatouer ?

Se faire tatouer n’est pas anodin. Qu’on ait un ou plusieurs tatouages, des personnes s’interrogent parfois sur ce qui se cache derrière une envie ou un besoin de se faire tatouer. Les raisons sont multiples et tiennent autant de l’émotionnel que de l’esthétique.

Mon propre cas

J’ai toujours été intéressée par le tatouage. Cet art m’attirait beaucoup et j’admirais celles et ceux qui les arboraient ainsi que le talent des tatoueurs et des tatoueuses. À ce jour, je n’ai qu’un seul tatouage : un 9 3/4 à la cheville droite en l’honneur de ma saga littéraire préférée : Harry Potter. J’en désire de nombreux autres mais mes finances ne me permettent pas encore de franchir à nouveau la porte d’un salon, à mon grand regret.

Photo réalisée par Laureline Site : La Cabane aux Post-It

Photo réalisée par Laureline Site : La Cabane aux Post-It

Au moment de me faire tatouer, j’étais terrifiée (par la douleur surtout) et en même temps très impatiente. Au final, j’étais ravie de cette expérience et ce, pour deux raisons.

Tout d’abord, j’étais fière de moi d’être passée outre la douleur et j’ai alors beaucoup mieux compris pourquoi le tatouage était utilisé et l’est encore dans le cas de l’initiation vers l’âge adulte : l’endurance face à la douleur qu’il entraîne fait figure d’étape initiatique. De mon côté j’ai effectivement eu mal. Pour être plus précise, la sensation oscillait entre le désagréable, la douleur et le ouhbordeljaimal. Même si mon tatouage est relativement petit, il est dans la zone de la cheville qui peut parfois être sensible. De plus pour couronner mon courage phénoménal, j’ai fait un malaise à la fin de la séance quand je me suis relevée.

J’étais hyper gênée mais l’équipe du salon a été super et m’a rassuré en me disant qu’en fait c’est assez fréquent. Le malaise, quand il arrive, vient du relâchement de la tension qu’on mobilise pour contrer la douleur et l’appréhension qui l’accompagne.

D’autre part, j’étais heureuse d’arborer un hommage à une oeuvre qui a forgé mon imaginaire et ma vie de lectrice.  Ce tatouage fait désormais indéniablement partie de moi et de mon identité. Je le trouve joli mais surtout il recouvre de nombreuses significations chères à mon cœur. Je trouve également que m’être fait tatouée m’a aidée à grandir et à m’approprier mon corps.

Quand je l’ai fais, je venais de commencer un nouveau travail, j’avais déménagé et je cherchais à m’extraire d’une relation difficile. Ce tatouage était important et l’est toujours car il a été le symbole d’une étape.

On m’a d’ailleurs fait remarquer une chose importante que je n’avais pas réalisée mais qui est très parlante. En effet, le symbole même du 9 3/4 dans la saga Harry Potter est lourd de sens et faisait miroir à ma propre situation : ce nombre incongru fixe l’entrée vers le train qui mène Harry vers… sa nouvelle vie !

Après vous avoir parlé de ma petite expérience, j’aimerais aborder une réflexion plus générale autour des raisons qui mènent au tatouage.

Pourquoi se faire tatouer ?

Ancrer une émotion par le tatouage

Un tatouage, par définition, restera toute notre vie sur notre peau. On peut alors faire le choix de vouloir ancrer dans notre corps une émotion pour qu’elle reste en nous à jamais. Chacun ou chacune peut graver un souvenir, ou rendre hommage à une personne qui lui est chère. Ou peut également mettre en avant un objet ou une chose que l’on aime. Lorsque le tatouage est émotionnel, du fait de sa permanence, s’exprime alors le besoin de marquer sur le corps, quelque chose qui nous a d’abord marqué l’esprit.

Orner le corps avec le tatouage

Le tatouage est un art. Apprécié ou non mais c’est un art. On parle d’ailleurs d’artiste tatoueur et les tatouages sont désignés comme des « pièces ». Au-delà donc du symbolique, on peut vouloir user de l’aspect purement esthétique du tatouage. Ce dernier devient alors un ornement qui met en valeur le corps, voire qui se suffit à lui-même. Il exprime notre vision du beau et permet de parer son corps selon sa conception de la beauté. Un tatouage n’a donc pas forcément besoin d’une signification pour être fait.

→ Vidéo très intéressante de Coline (que j’adore) où elle nous parle de ses tatouages dont certains sont purement esthétiques.

 

Se réapproprier son corps à l’aide du tatouage

Rose Tattoo est un site internet dédié aux tatouages après un cancer

Rose Tattoo est un site internet dédié aux tatouages après un cancer

Dans le prolongement de l’ornement, des personnes via le tatouage se réapproprient leur corps. En cas de cicatrices ou de cancers par exemple, le tatouage vient rendre beau ce qui a pu être douloureux. Ainsi, de plus en plus d’artistes recouvrent des cicatrices ou tatoue de nouveaux tétons à d’anciennes victimes du cancer du sein. Par le biais du tatouage, certaines personnes retrouvent alors un peu de leur moi d’avant ou font en sorte de magnifier leurs blessures pour reprendre le contrôle sur leur corps.

De plus, pour être tatoué, on doit être majeur. Autrement, en France, c’est uniquement accessible à partir de 16 ans avec autorisation parentale écrite. De ce fait, le tatouage est un acte qui, symboliquement, renvoie à nos parents et à nous même, le fait que notre corps nous appartient de manière totale et indiscutable, que nous pouvons le modifier si nous le souhaitons sans avoir leur autorisation. C’est un acte d’émancipation qui ne regarde que la personne concernée et personne d’autre. Parfois certains parents ont du mal avec le tatouage car ils considèrent que leur enfant modifie une chose qu’ils considéraient, eux, comme « parfaite ». C’est justement ça la nuance : l’avis de nos parents n’est pas forcément le nôtre. On a le droit de vouloir modifier notre apparence, ça ne veut pas dire pour autant qu’on renie ses parents, c’est juste affirmer qu’on est plus que la « création » de nos géniteurs : nous sommes des individus.

Affirmer son identité

Il y a de nombreuses raisons de se faire tatouer. Un tatouage peut être réfléchi ou être spontané : cela ne regarde au final que son propriétaire (même si un minimum de réflexion me semble important, notamment pour les grosses pièces). L’important c’est surtout de se faire tatouer dans des conditions sérieuses qui respectent la législation.

Comme la photographie, le tatouage fige des souvenirs. Comme le vêtement ou les bijoux, il décore. Comme une aide psychologique, il aide à se réapproprier son corps ou à aller de l’avant. Parfois ces raisons se combinent ou se superposent car finalement se faire tatouer c’est l’expression de soi-même. C’est l’affichage, discret ou non, de ce qui fait notre vie et notre identité. C’est un mémo qu’on adresse à soi et/ou au monde.

Ce n’est pas grave que la peau vieillisse, se flétrisse. Le corps est une toile vivante, il n’est pas placardé dans un musée. Il ne sert à rien d’opposer à quelqu’un qui va se faire tatouer, le fait qu’il va vieillir. On vit et nos tatouages vivent aussi, c’est normal. Ils sont des compagnons de voyage.

 

Et pour conclure ces bonnes paroles de Bastien Tattoo :

Sources / Pour aller plus loin :

→ Rosemagazine – Rose Tattoo Cancer

Article de chez Marie Claire par Elodie Bousquet autour de l’artiste Alexia Cassar qui tatoue des tétons en relief

Le site d’Alexia Cassar 

→ Le Blog et la chaîne Youtube de Coline

→ La chaîne Youtube très sympa de Bastien Tattoo pour apprendre pleins de choses autour du tatouage !

→ La géniale série des vidéos Street Tattoos de chez Madmoizelle où des tatoué(e)s nous parlent de leurs tatouages :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s