La Partition de Flintham Barbara Baldi ici même

BD : La Partition de Flintham de Barbara Baldi, une obscure beauté

La Partition de Flintham est une BD écrite et illustrée par Barbara Baldi, une illustratrice italienne. L’ouvrage sort en Italie sous le nom de Lucenera, Lumière noire si on traduit. Ce sont les éditions Ici Même qui adapte la BD en France sous le titre La Partition de Flintham, qui est le premier roman graphique de l’auteur.

La Partition de Flintham Barbara Baldi ici même

De quoi ça parle La Partition Flintham ?

On suit le parcours de deux héritières, Clara et Olivia Sutherland, qui à la mort de leur grand mère dans l’Angleterre de la deuxième moitié du 19e siècle, prennent des chemins de vie très différents. Clara hérite du manoir, le Flintham Hall Manor tandis qu’Olivia hérite de l’équivalent financier de la demeure.

Pourquoi c’est bien La Partition de Flintham ?

Si j’ai choisi de lire cette bande dessinée c’est grâce à la couverture. Celle-ci est magnifique et dégage une aura mystérieuse qui a éveillé mon intérêt. L’ouvrage est effectivement sublime. On sent toute la maîtrise de l’autrice qui est à la base illustratrice. L’accent est beaucoup mis sur le travail de la lumière avec des jeux réguliers de clair-obscur.

Les ambiances d’intérieures et la majorité des paysages présentés sont sombres et d’apparence lugubre ou morne mais le talent de Barbara Baldi parvient à les faire vibrer d’émotions et chaque planche de ce livre propose sa dose de beauté.

Extrait de La Partition de Flintham, Barbara Baldi, éditions Ici Même

Extrait de La Partition de Flintham, Barbara Baldi, éditions Ici Même

L’atmosphère graphique de l’ouvrage reflète la morosité de nos personnages et celle de la vie bourgeoise ou noble. Clara par exemple aime les choses simples et si sa grand-mère lui fait hériter du manoir c’est notamment à cause de son amour manifeste pour les jardins du domaine. Au fur et à mesure que la situation financière de Clara se dégrade, le peu de lumière disparaît afin d’illustrer la chute du personnage. Point d’apitoiement ou de pathétique dans la destinée de Clara, plutôt un hommage à sa résignation et à son courage. Les couleurs et la manière dont sont présentées les grandes demeures de l’époque sont en fait un moyen d’illustrer la noirceur de ses nobles occupants, tous occupés à asseoir leur position sociale et à écraser les autres sous un masque d’apparat et de bien séance creuse.

Extrait de La Partition de Flintham, Barbara Baldi, éditions Ici Même

Extrait de La Partition de Flintham, Barbara Baldi, éditions Ici Même

Le scénario n’a certes rien de très original mais il se marie d’une si agréable façon à l’illustration que ce n’est point, à mon sens, un défaut rédhibitoire.

Si vous aimez les ambiances victoriennes, les demeures glaçantes et les romans des sœurs Brontë, sautez sur ce bijou qui saura vous conquérir par sa beauté manifeste et son histoire aussi cruelle que douce.

 

Sources / Pour aller plus loin :

Site des éditions Ici Même – La Partition de Flintham de Barbara Baldi

BD Gest – La Partition de Flintham

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s