Le pot-pourri culture / Juillet 2018

Bonjour et bienvenu à toi dans cette inauguration du pot-pourri culture, un florilège concocté avec amour par la petite créature. Chaque mois (aux alentours du début de celui-ci), j’écrirai un article dans cette catégorie pour faire un bilan de mes coups de cœurs mensuels issus du domaine culturel. J’essaierai de ne pas être redondante par rapport aux autres articles en espérant te faire découvrir d’autres choses via un format plus concis et régulier.

Pour cette première fois, je vais regrouper des coups de cœur qui ne sont pas forcément issus de juillet stricto sensu car j’ai des tas de choses à partager depuis parfois plusieurs mois. Promis, pour le pot-pourri culture d’août, la temporalité sera respectée ! N’hésite pas à me dire ce que tu penses de cette nouvelle catégorie !

Côté films et séries

  • The Terror (série AMC)

MV5BNzgxNjE0OTUtNThlMi00NmMwLWI4MWUtNDQ0ZjRkYmU5ODgzXkEyXkFqcGdeQXVyMjU4ODI5MTM@._V1_

J’ai découvert The Terror entre amis lors de notre hebdomadaire soirée série. Elle avait été chaudement recommandé par le youtubeur Captain Popcorn et j’avais très hâte de la regarder. Personnellement j’ai adoré mais je dois avouer que de par son ambiance et son rythme, elle peut être clivante. The Terror nous conte l’épreuve traversée par les équipages de l’Erebus et du Terror, lorsque les deux navires britanniques se retrouvent coincés dans la glace au cours d’une expédition d’exploration. La série est une adaptation du roman du même nom de Dan Simmons et les deux œuvres s’appuient sur des faits tristement véridiques : l’expédition Franklin qui a eu lieu au 19e siècle.

Ces hommes bloqués et retranchés dans leur navire vivent un calvaire. La promiscuité, le stress, le froid, le manque de nourriture, les inimitiés, l’isolement total, tous ces facteurs nourrissent le désespoir des équipages. Désespoir qui s’aggrave d’autant plus quand ils comprennent qu’une menace surnaturelle les guette depuis la glace.

The Terror, AMC

The Terror, AMC

Cette série assez courte (une dizaine d’épisodes) prend le temps d’installer son ambiance. Le rythme peut paraître trop lent pour certains, mais selon moi il est parfait car il correspond au sentiment d’abattement et de paralysie que ressent l’équipage. L’atmosphère et la photographie sont aussi magnifiques que cruelles avec des décors arides et gelés à perte de vue. Je te conseille vivement cette série si tu aimes les ambiances travaillées et les histoires centrées sur les relations humaines. Une saison 2 est apparemment en préparation…

  • Les délices de Tokyo, réalisé par Naomi Kawase en 2016

Les délices de Tokyo Naomi Kawase

Déjà, je tenais à remercier Des livres et les mots pour m’avoir rappeler l’existence de ce film magnifique. Nous sommes ici à nouveau devant une adaptation de roman, Les délices de Tokyo par Durian Sukegawa. L’histoire est celle de Sentaro, un vendeur de dorayakis, une pâtisserie japonaise consistant en deux pancakes entre lesquels se trouvent l’anko (une pâte à base d’ haricots rouges). Un jour la vie morne de Sentaro va se retrouver chamboulée par l’arrivée de Tokue, une septuagénaire qui désire ardemment travailler pour lui. Sentaro découvre alors que Tokue cuisine l’anko comme personne et consent à l’embaucher.

Ce film est assez connu, je le découvre avec du retard. Néanmoins, mon homme et moi avons été très touchés par cette tranche de vie japonaise si poétique et douce amère. Une certaine pudeur émaille le film et rend tous les instants encore plus forts. C’est une histoire de transmission et d’amour qui se penche également sur des périodes historiques difficiles. Un petit bijou nippon qui donne une grande envie de dorayakis (si vous avez une recette végane perso envoyez svp)

  •  The Letdown (Supers mamans pour la version française), série australienne visible sur Netflix

The Letdown série Supers mamans

J’avais un peu entendu parler de cette série et vu que le sujet de la maternité c’est l’un de mes dadas, j’ai foncé. Cette série douce-amère suit le quotidien d’Audrey, une nouvelle mère qui décide de rejoindre un groupe de soutien sur la parentalité. La série se veut réaliste et présente la parentalité sous un jour cru avec ses bons et ses mauvais côtés. Le vernis lisse qui entoure souvent l’arrivée d’un enfant se brise pour laisser apparaître les aléas et les bouleversements. Tous les personnages présentent des manières différentes d’aborder ce sujet particulier et c’est très intéressant. Évidemment sont dénoncés la course à la perfection, l’abandon de la majorité des tâches à la mère et la difficile réappropriation de soi mais pas uniquement. J’ai beaucoup aimé cette série autant qu’elle m’a chamboulé. Une très bonne surprise.

Côté lectures (livres et articles)

  • Hypercapitalisme, L’économie moderne, ses valeurs et comment changer tout ça, par Larry Gonick et Tim Kasser, Seuil-Delcourt

Hypercapitalisme Larry Gonick Tim Kasser Seuil Delcourt

Cette bande dessinée est un projet visant à rendre accessible la compréhension du capitalisme : son fonctionnement, ses valeurs, ses principes, ses dérives. En parallèle, les auteurs proposent des manières de résister face à l’hypercapitalisme, cette sorte de mutation encore plus néfaste. L’ouvrage est très bien fait et si sa taille peut faire peur, son contenu est en fait très accessible et se lit bien plus vite qu’on ne le pense. Afin de mieux expliquer les rouages de la société capitaliste, des situations concrètes sont présentées avec des personnages récurrents qui interviennent tout le long du livre. Ces derniers incarnent des comportements sociétaux ou économiques définis et parfois même des concepts.

Je l’ai trouvé très intéressant, on voit que les auteurs ont fourni un travail énorme et cela est récompensé par une bande dessinée claire, abordable, nécessaire et même un peu optimiste.

  •  La différence des sexes, Françoise Héritier, Bayard, collection Les petites conférences

La différence des sexes Françoise Héritier Bayard Les petites conférences

J’adore Françoise Héritier, une anthropologue et ethnologue française.Elle nous a malheureusement quitté le 15 novembre 2017. Dans tous les cas, les travaux et l’héritage intellectuel qu’elle laisse est énorme. Après avoir été conquise par une conférence d’elle, j’ai fini par lire un de ses livres, La différence des sexes qui aborde de façon concise l’un de ses concepts phare, « la valence différentielle des sexes », c’est à dire en quoi (et pourquoi) il y a une différence entre les sexes et pourquoi cette différence se traduit par le patriarcat. Ce petit ouvrage très accessible est parfait pour saisir l’essence du travail de Françoise Héritier mais vous pouvez compléter votre réflexion avec les deux tomes de Masculin/Féminin.

  •  Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer, 2011, Points

Faut-il manger les animaux de Jonathan Safran Foer, 2011, PointsCe livre est régulièrement cité comme un incontournable dans le domaine de l’anti-spécisme et du végéta*isme. Safran Foer a décidé d’enquêter sur notre alimentation (principalement occidentale) à la naissance de son fils, curieux de ce que cache nos assiettes. Le livre est un mélange assez indescriptible où des souvenirs et des réflexions intimes côtoient des descriptions glaçantes d’abattoirs ou d’élevages. Tel un enquêteur armé d’expériences concrètes et de nombreuses études, Safran Foer décortique les rouages de l’industrie de la viande et en montre les vices moraux et les dangers sanitaires qui sont encore plus nombreux que je ne le pensais.

Ce livre est indispensable. J’ai adoré le lire tout autant qu’il m’a parfois mis très mal à l’aise tant certaines scènes sont affreuses de cruauté ou de dégoût. Il présente un constat nécessaire pour faire nos choix en totale conscience. Bien que Safran Foer ne se montre à mon sens, pas assez tranché dans son bilan, son ouvrage est une aubaine pour instruire et révéler le prix que finalement coûte la présence de la viande dans les assiettes.Végétarienne avant de le lire, mon choix n’en a été que plus renforcé. Passionnant.

J’adore La Carotte Masquée et cet article très clair et bien écrit met à mal des idées reçues et recentre finalement le débat.

Côtés podcast

Antastesia, une vidéaste que j’aime beaucoup et dont j’ai déjà parlé sur le blog, propose depuis peu sur sa chaîne YouTube des podcasts. J’ai particulièrement adoré celui-ci qui parle de différents sujets d’actualités (pour certains très tragiques) et les abordent sous un angle féministe. Très intéressant ce nouveau format, d’autant plus que j’adore écouter Antastesia dont la voix a quelque chose d’apaisant. Vivement les prochains !

 

Ce podcast est très connu donc je ne suis pas très originale. Je l’ai personnellement découvert grâce à Victoria du blog Mango and salt. Ce podcast s’attardent sur des faits étranges, mystérieux et surnaturels. Ainsi Charles et Mathias (et parfois des invité.e.s) racontent différentes histoires et le but est d’établir un degré de mystère pour chacune ! J’ai aimé tous les épisodes mais celui sur les Creepypastas et les légendes urbaines ma particulièrement fait flipper. Génial !

Le bureau des mystères Riviera Ferraille

J’aurai plus de podcasts à partager au mois d’août promis, j’ai déjà commencé à écouter certaines pépites.

Sur YouTube

Bon je sais, j’avoue tout, j’adore YouTube. Le contenu présent sur cette plateforme est d’une richesse incroyable, perfectible certes, mais incroyable. J’ai mes vidéastes favoris et j’en découvre parfois des nouveaux et des nouvelles tout comme je tombe en amour sur des vidéos en particulier.

Mon dieu cette vidéo est si intéressante et passionnante, j’ai bien failli en tombé de mon canapé. Une analyse parfaite et fouillée de ce film que nous sommes beaucoup à adorer (à juste titre car il est vraiment mais alors vraiment très cool). Un grand bravo à MrMeea !

Sur le même thème, car j’adore les dinos vois-tu, je t’invite à jeter un coup d’œil à cette vidéo de la chaîne Bits, magazine presque culte – ARTE : Les dinosaures : énormes, féroces et disparus

Manon Bril qui est désormais doctorante en Histoire a créé une playlist de vidéos où elle nous entraîne dans la rédaction de sa thèse et c’est particulièrement fascinant. On y admire sa ténacité et son intelligence tout le long de ce parcours éreintant mais passionnant, car la jeune femme s’investit vraiment dans son domaine d’études. Un investissement que l’on retrouve également via les autres vidéos de sa chaîne qui permettent d’apprendre milles et une choses notamment à propos de la mythologie greco-romaine. J’admire énormément son travail ! Ne fais pas attention à la qualité visuelle des premiers vlogs, ça s’arrange très vite 😉

Pour mieux comprendre le sujet de sa thèse je te mets ici la vidéo de sa prestation à un concours nommé « Ma thèse en 180 secondes ».

 

Cette websérie composée de 13 épisodes aborde le genre zombie, son histoire, sa signification et sa place dans la culture. J’ai adoré et c’est hyper accessible. Une super porte d’entrée pour approfondir ce sujet peu ragoûtant de prime abord.

Le premier épisode : Tous Zombies (1/13) – Zombieland

J’ai découvert assez récemment la chaîne de SSJW.  Elle appartient à deux jeunes hommes qui s’avèrent être très pertinents. Ils abordent en effet de manière simple et claire les mécanismes oppressifs et les discriminations. Ils sont donc engagés, d’où le nom de leur chaîne qui signifie à l’origine « Super Social Justice Warrior » mais qu’ils détournent en « Super Sayan Justice Warriors ». J’aime toutes leurs vidéos mais ma préférée est sans doute celle centrée sur le film Mad Max Fury Road (que j’apprécie grandement). Dans cette vidéo ils s’attellent, en compagnie d’une acolyte, Marion, à expliquer en quoi le film est féministe et plus particulièrement en quoi ce long-métrage est une critique à charge contre le virilisme. Édifiant mais aussi très drôle grâce à l’écriture et au montage de la vidéo ! J’adhère et je les suis avec assiduité.

 

Bon sang mais amen pour cette vidéo ! La Carologie explique très bien en quoi les féministes ne sont pas parano et pourquoi elles ont raison de souligner et de critiquer les comportements sexistes les plus « anodins ».

 

Parfait. Je ne connaissais pas ce youtubeur et je me méfiais du titre mais c’est en fait une vidéo explicative très claire qui remet les choses à leur place et dans le bon contexte. J’ai regardé d’autres vidéos de cette chaîne et j’adore en tout point.

  • Corps Médical – documentaire réalisé par Océane VIALA et Luna Darling LÉGITIMUS.

Ce documentaire de 26 minutes est un projet de fin d’étude de troisième année de journalisme. Les réalisatrices proposent un message poignant contre les violences médicales, gynécologiques et obstétricales. On voit défiler différents témoignages de femmes de tout âge ainsi que l’intervention de professionnels à l’instar par exemple de Mathilde Delespine, sage femme, et de Martin Winckler, un médecin qui est également romancier et qui est fortement engagé en faveur du féminisme. Il dénonce régulièrement la manière dont les soignants (en particulier français) se comportent vis à vis des patient.e.s et notamment vis à vis du corps féminin comme le fait le documentaire. Poignant et nécessaire.

Un autre documentaire sur le même thème est également sorti récemment, voici le lien :

Paye (pas) ton gynéco – Documentaire – Nina Faure – 2018

J’ai encore découvert cette chaîne de qualité grâce à Des livres et les mots et depuis j’ai vu une bonne partie des vidéos qui sont des plus passionnantes. Ma préférée est sûrement celle centrée sur le modèle de masculinité présenté par le personnage de Norbert Dragonneau dans Les animaux fantastiques. Norbert Dragonneau est un personnage attachant et profondément bienveillant, l’un de mes préférés dans l’univers magique d’Harry Potter. Son lien aux animaux le rend finalement plus humain que certains mais ce n’est pas là sa seule qualité, loin de là. Ainsi, à bien y réfléchir, le monde se porterait mieux si les modèles de masculinité tenait plus de Norbert Dragonneau que de Han Solo. Le vidéaste revient également sur le personnage d’Harry à titre de comparaison et ses remarques sont assez justes et enrichissent la compréhension de l’œuvre et des mécanismes fictionnels habituels.

Tu peux mettre des sous-titres français sur cette vidéo et sur d’autres de la chaîne. Je te conseille également sa vidéo The Case Against The Jedi Order qui est incroyable en terme d’analyse.

Côté musique

  • Les L.E.J – album : Poupées Russes
L.E.J, couverture de l'album Poupées russes, Universal Music France

L.E.J, couverture de l’album Poupées russes, Universal Music France

Je suis tombée amoureuse du dernier album des L.E.J, un groupe de trois jeunes femmes qui s’était fait connaître par leurs reprises postées sur internet. En plus d’un talent certain pour le chant et la pratique instrumentale, les L.E.J confirment un véritable don pour l’écriture, initié déjà avec le morceau La dalle en décembre 2015. Leur album est véritablement d’une poésie sans nom, capable de vous coller le plus subtil des frissons. Vas y jeter une oreille sur Deezer ! Mes chansons favorites sont : Poupées russes, La nuit et La marée. Prêtes attention aux paroles et sonorités de cette dernière et tu comprendras qu’elle parle des attentats du 13 novembre.

  • Polo & Pan – album : Caravelle
Polo & Pan, album Caravelle

Polo & Pan, album Caravelle

Polo & Pan c’est un duo, celui de deux compositeurs électro. En mai 2017 sort leur premier album Caravelle qui obtient un très bon succès critique mais c’est leur EP Canopée sorti en 2016 qui les avait fait connaître auprès du public. J’ai découvert le groupe un peu après tout le monde mais depuis je ne cesse de l’écouter. Leurs musiques sont atypiques, douces et acidulées. Un mélange particulier de saveurs qui transportent mes oreilles vers d’autres contrées. Du pur bonheur. Je te conseille particulièrement les morceaux Canopée, Pays imaginaire et Nanã.

 

  • Angèle – single : La Thune

Angèle est une chanteuse et compositrice belge qui commence à se faire connaître du public, en partie grâce au succès de son premier titre, La loi de Murphy. Elle a sorti tout récemment son troisième single La Thune et je suis tombée amoureuse ! La chanson est brillante et très pertinente. Angèle parle des effets parfois pervers des réseaux sociaux avec justesse mais aussi avec beaucoup d’auto-dérision. Le clip qui accompagne le titre illustre à merveille les propos dénonciateurs d’Angèle sans se départir d’une bonne couche d’absurde et d’humour. Et pour ne rien gâcher, ce dernier est très beau, coloré aux accents pastels avec une prédominance de jaune. Bref j’aime beaucoup, une belle découverte.

 

J’espère que ça t’as plu, n’hésite pas à me dire cela en commentaires !

À dans un mois pour le pot-pourri culture d’Août !

3 réflexions sur “Le pot-pourri culture / Juillet 2018

  1. Des livres et les mots dit :

    Woah merci pour toutes ces recommandations, j’ai mis pleins de choses de côté pour les lire ou les regarder plus tard (notamment La différence des sexes, ça fait un moment que je veux lire Françoise Héritier et je vais peut-être commencer par ça !).
    Et j’ai une recette de dorayaki véganes de côté mais je ne l’ai pas encore testée ! C’est chez Sweet Potato Soul que j’aime beaucoup : http://sweetpotatosoul.com/2016/10/vegan-dorayaki.html
    Superbe idée ce pot-pourri culture =D

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s